Avant-propos
Pourquoi se lancer dans 2067, l'agora des possibles

Et si on transformait le «tout va mal»  en «tout est possible»... 

Depuis plusieurs années, les rapports tombent. Les constats sont sans débat. 

L’humanité va dans le mur. 

J’ai noté 4 grands phénomènes qui amènent l'humanité dans le mur :

  1. La raréfaction des ressources nécessaires au maintien de notre société de consommation; (Eau, terres agricoles, biodiversité, ressources fossiles...)

  2. Le réchauffement climatique et la disparition d'une grande partie de la biodiversité due à notre mode de vie;

  3. La croissance de la population mondiale entraînant des tensions sur le partage des ressources; (eau, nourriture, matières premières, etc)

  4. Quelques grands puissants fortunés dirigent notre planète, entraînant des inégalités énormes entre les personnes et les peuples.

Les gens semblent paralysés, dans l’impossibilité de se projeter. Il y a le quotidien, le travail, les enfants, l’école, les vacances, les études, les peurs, les habitudes, comment prendre le temps de se projeter dans quelque chose de différent. Le système semble tourner en rond, alors qu’il existe plein de solutions. 

Octobre 2020, 2e confinement annoncé, voilà plusieurs mois que je ressens une énorme colère. Je sens même la déprime me gagner. Fini les bonnes résolutions du 1er confinement, sur le rythme de vie, sur l’envie de prendre plus soin du vivant et de la nature. Il faut tout faire pour relancer la croissance et le « Business as usual ». Comment apaiser cette colère ? Comment rebondir ? Comment trouver du sens dans tout ce qui se passe ?

L’idée a émergé lumineuse, réconfortante, ressourçante, rassérénante, thérapeutique : écrire, décrire un monde différent dans lequel je me sentirais bien, dans lequel j’aurais envie de vivre. Libérer les possibles, partager les initiatives existantes inspirantes qui ouvriraient une vie plus harmonieuse et épanouissante pour tout le monde. Écrire comme une thérapie personnelle et collective. Écrire pour prendre mes responsabilités et faire ma part de colibris. Écrire pour ouvrir les possibles. Écrire pour faire rêver et rêver ensemble. Dans ce monde à venir, les citoyens sont présents à toutes les strates des prises de décision, le pouvoir est distribué. Tout le monde n’est pas nécessairement d’accord sur les orientations ou les décisions à prendre. Il n'y a plus de « Je suis contre » ou de « Je suis pour », de « Il faut que » ou de « Il ne faut pas », de « Je dois » ou « je ne dois pas ». Les tensions et les confrontations sont l’occasion de prendre les décisions plus justes et alignées au moment où elles sont prises. Chacun a la possibilité de faire des propositions concrètes qui ouvrent les possibles.

Chemin faisant, j'ai proposé à des gens de m'aider, de participer à la coécriture du livre en partageant leur expérience dans leurs domaines d'expertise. Ce livre est un journal ouvert. Nous l’avons appelé l’Almanagora. N'hésitez pas à vous emparer d'un chapitre, à raconter votre journée.

Si vous êtes enseignant, facilitateur dans une école, je vous invite à proposer aux enfants d'écrire leur propre journée à l’agora des possibles sur les différents sujets abordés (Alimentation, logement, activité, vie en société, etc.). Ce sont eux qui vont donner vie à cette histoire. Et maintenant, si nous partions en voyage… Je vous invite à fermer les yeux, à prendre une profonde respiration, à vous connecter à vos envies, à ce qui fait sens pour vous, à votre cœur. Ça y est nous voilà en 2067 au cœur de votre Agora locale. Il y a des discussions, de la créativité, de l'animation, de l'activité, des jeux, de la musique... ou pas. Il y a la vie tout simplement. La vie d’un groupe à taille humaine qui se connaît plus ou moins, qui connaît son territoire, ses besoins, ses problématiques, qui est actif, dynamique et responsable.

En 2067, chacun a à cœur de devenir qui il est dans la société et dans le monde. Il est accompagné par les citoyens des agoras. Il peut compter sur l’État pour l’accompagner. La confiance est là. Chacun a conscience d’être partie prenante d’un tout, d’une terre et de communs partagés. Le monde a basculé entre 2022 et 2034 entraînant de nombreux changements dans le rôle de l'État, dans la place du citoyen dans la société, dans l’éducation, dans la relation à l’argent, dans la relation au vivant. Vous pourrez découvrir comment tout cela s’est passé.
C’est le moment de prendre votre plume et de contribuer à L’Almanagora le journal collectif de 2067. Vous pouvez aussi dessiner, écrire un poème, chanter, danser, sculpter, raconter des histoires. Tout est possible...

Jean-Christophe LÉONARD

Jean-Christophe LÉONARD
8 novembre, 2021
Partager ce post
Étiquettes
Modifier
Archiver
Se connecter Pour laisser un commentaire
Mardi 21 juin 2067. Eliotte, Montmartre comme une fourmilière
Où prenez-vous le temps de respirer dans une grande ville ? Un parc, une impasse, un café, un musée, chez vous. En 2067, avec la revégétalisation des villes, il est possible de trouver des espaces pour se poser un peu partout dans les villes.Et si sur cette photo le long des murs, il y avait des pieds de tomates, une allée d'herbe, des arbres fruitiers et des bancs sous ces arbres. Montmartre n'aurait-il pas une autre couleur?